Recherche sur ce blog

16 nov. 2011

Tchad: La CRT lutte contre les MGF

La Croix-Rouge du Tchad (CRT) lance un projet de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) ce mardi, 15 novembre 2011 à Abéché. Des volontaires mèneront des séances de sensibilisation auprès de la communauté sur le danger de ces mutilations.
A Abéché, plus de 80 volontaires de la Croix-Rouge du Tchad sont formés et déployés dans la ville d’Abéché. Un coordonnateur, un superviseur, 4 chefs d’équipe et 80 volontaires seront repartis dans les six arrondissements pour mener des sensibilisations basées sur les différentes conséquences dues aux MGF.
La coordinatrice nationale du programme MGF/VIH/SIDA de la CRT, Docteur Sadia Ismaël GUIRE, indique que le phénomène des mutilations génitales féminines prend de l’ampleur et que ces mutilations présentent des conséquences fâcheuses sur la santé de la fille. Il cite entre autres les douleurs, les hémorragies qui peuvent causer le décès de la victime, les infections, la stérilité, les complications lors de l’accouchement…

Raison pour laquelle la CRT a initié ce projet qui consiste à conscientiser la communauté sur le danger lié des MGF afin de réduire la morbidité et la vulnérabilité des filles et des femmes à Abéché et à Toukra.

Le gouverneur de la région du Ouaddaï qui a lancé officiellement le projet déclare que la lutte contre les MGF est intégrée en priorité dans le programme du gouvernement du Tchad. Oumarou Yerima Djibrilla rassure les volontaires du soutien de toutes les autorités administratives pour la réussite de ce projet.
Pour le président du haut conseil des affaires islamiques du Ouaddaï, Cheikh Abdoulaye Is’hak Mouhadjir, l’islam n’autorise aucune pratique nuisible à la santé de la femme.

Une représentation théâtrale sur le danger des MGF a été présentée par la Troupe Théâtrale "Etoile des Jeunes" d’Abéché.

Une exciseuse a également témoignée devant l’assistance en jetant ces matériels d’excision, abandonnant ainsi définitivement la pratique de l’excision.
Organisé en collaboration avec la Croix-Rouge suédoise, ce projet de sensibilisation lancé dans régions du Ouaddaï et du Mandoul s’étale sur trois ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Envoyer par Email